Le vélo électrique Angell Bike

Angell. Avec ses deux « L ». Voilà le titre de cette œuvre. Le mot « Angel » en anglais veut dire ange, et « Angell » alors ? Une contraction ou sans doute un néologisme comme les aime Jules Trecco de l’équipe qui a travaillé sur ce vélo unique au nom unique. On aime penser à une dualité avec le mot « Hell » (signifiant enfer et venant de la même langue). Ce qui ferait référence à cet ange venu dans un monde chaotique. Reprenons maintenant en langue française si vous le voulez bien. La particularité et les promesses si nombreuses de ce vélo nous ont poussé à lui consacrer une partie spéciale. Il fallait au moins ça !

L’Angell Bike, de son nom complet, est donc un VAE, autrement dit, un vélo à assistance électrique. Mais d’une gamme supérieure à celles dont font partis les nombreux modèles qui commencent à pulluler un peu partout depuis l’avènement de l’électrique et du nouveau mode de vie que cela implique. L’Angell Bike veut néanmoins se ranger dans la catégorie « smart bike » qu’il fonde ! Comme le deltaplane, le premier est un français ! Et justement, il se trouve que derrière ce VAE intelligent se cache Marc Simoncini qui n’est autre que le fondateur de Meetic, de iFrance et qui est actionnaire de Winamax. Vous comprendrez en partie notre engouement pour le vélo électrique qu’est l’Angell Bike.

 

 ➡️ Actuellement en pré-commande exclusivement chez Fnac ou Darty 

Angell Bike et Marc Simoncini : Une forte relation

La génération internet a affecté les autres et la vision du futur, qui se dessinait déjà à l’aide des crayons de la jeunesse, est ancré en nous, jeunes adultes, cinquantenaires et doyens. Ceci, Marc Simoncini l’a bien compris. L’idée même de l’Angell Bike a fleuri suite à une discussion qu’il a eu avec son fils quand ce dernier avait 16 ans et ou ils ont parlé de moyens de transport. Comme beaucoup d’idées de Marc celle-ci a été développée en analysant un problème donné avec son entourage. En l’occurrence, son fils. L’adolescent souhaitait avoir un scooter mais le père a objecté en lui faisant comprendre qu’à ses 18 ans il lui offrirait une voiture. Ce à quoi le fils a répondu à la négative. Expliquant que ce n’est pas une bonne idée d’avoir une voiture à notre époque.

Suite à cela, l’entrepreneur aux idées neuves a tilté et a imaginé un futur qui inclurai la vision de son fils et des plus jeunes dans notre société.

Pourquoi un vélo électrique ?

Le sérial entrepreneur, comme l’appellent certains, s’est projeté loin lui aussi … en tout cas assez loin pour qu’on ait une version d’une vie meilleure dans nos têtes. Un monde où nous laisserions la voiture de coté plus longtemps et où nous acceptons de pédaler plus souvent. Comme le dit Marc Simoncini : « On lance un vélo mais ce qu’on lance c’est un projet global. Il s’inscrit dans l’idée qu’il faut changer la ville. Elle ne sera plus jamais ce qu’on a connu et ce qu’elle est déjà.» C’est comme ça qu’est né l’Angell Bike. Un moyen de transport paré à combattre des problèmes que subissent les grandes villes qu’on connait déjà : pollution, couts, sécurité, jusqu’au remodelage de l’urbanisation telle qu’on la voit aujourd’hui. Ce qui est déjà en train de prendre effet avec le retour vers les transports en commun, le covoiturage… etc.

La voiture, objet si peu pratique au final a été l’axe de la vision des créateurs de l’Angell Bike. Tout ce qui est antagoniste à cet objet encombrant a beaucoup inspiré car une voiture roule à un maximum de 15 km/h dans une ville comme Paris à cause des bouchons sur la route. On perd dans ces derniers plus d’une semaine par an pourtant, la plupart de nos trajets ne dépassent pas les 5 km. Exit donc les 4 roues pour Marc. Un engagement sous l’égide de la pollution, pas seulement l’urbanisme.
Les statistiques parlent en faveur de l’entrepreneur. Il faut savoir que les véhicules émetteurs de CO2 sont les premiers responsables de la pollution dans les grandes villes et que dans le monde, le transport routier représente 16% de la pollution globale.

Le vélo électrique Angell Bike en détails

Un soin particulier et une apparence travaillée

Le matériau haute qualité ne suffit pas à embellir quelque chose cependant. Il fallait du talent pour imaginer l’Angell Bike et pour cela Ora-Ïto était l’homme de la situation car il a prouvé plus d’une fois qu’il savait mêler la multiplicité des fonctions à des looks minimalistes. Le design de l’Angell Bike respire le style contemporain, presque surréaliste. Quand on lie les lignes épurées à la technologie implantée dans cet objet on ne peut s’empêcher de penser à l’iPhone. Marc Simoncini le dit lui-même : « L’Angell Bike est au vélo ce que l’iPhone était au portable ».

Ora-Ïto a suivi les idées de Simoncini et a par conséquent diminué la matière visuellement et physiquement parlant. Cela se traduit par un VAE d’à peine 14 kilos dont la silhouette a été affinée au profit de sa technologie. Il est loin d’avoir perdu en forme car sa batterie située à l’arrière et qui fait aussi office de feux/clignotants donne un coup de pouce spectaculaire au cadre et à la fourche qui sont respectivement en aluminium et en carbone. Si on regarde plus bas, on constatera moins d’originalité certes mais des atouts dont on ne s’en cache pas comme les jantes de 28’’ et les freins à disques Tektro HDR 310. Un aspect plus minimaliste pour un objet plus design et à la géométrie parfaite.

Oui, le design est unique. Mais rassurez-vous, l’exemplaire sur les images n’est pas unique lui ! Il est très différent et certainement plus avancé que la plupart des modèles mais son créateur compte bien le commercialiser à des milliers et des millions d’exemplaires ou plus. Les précommandes sont possibles à l’heure actuelle.

Beau et intelligent : Tout pour plaire

Après moultes aventures vécues par Marc Simoncini, celui-ci revient sur la scène de l’investissement et apporte tout ce qu’il a de meilleur. Un business angel pour la startup responsable du projet Angell Bike, cela ne pouvait mieux tomber. Marc fait une analogie en parlant de ce projet : « Le futur sera redessiné… On a supporté pendant longtemps les fumeurs dans les restaurants. Aujourd’hui on se demande comment avons-nous pu vivre ainsi. Ce sera la même chose avec le vélo électrique. » Il ajoute « On comprend de plus en plus [le fait] que la voiture est dépassée. Il va y avoir plein de changements. »

L’Angell Bike qui fait partie de ces changements est un vélo aux atouts multiples. Son exploitation de la technologie va au-delà de ce qu’on pouvait imaginer. C’est un ordinateur sur roues ! Jules Trecco parle de cela en disant « On ne peut faire un vélo électrique intelligent sans rendre l’assistance intelligente » Et de ce côté les prouesses en matière d’objets connectés réalisées par l’équipe responsable du projet sont nombreuses. Vous n’avez qu’à voir la liste qui suit pour vous en rendre compte :

  • Cockpit intelligent avec écran tactile de 2,4’’
  • Feux hyperboliques avants et arrières
  • Connexion Bluetooth et internet avec géolocalisation
  • Programmation de la distance, de la vitesse et des calories à bruler
  • Affichage de la météo, du trafic et du niveau de pollution
  • Haute sécurité avec reconnaissance de l’utilisateur et verrouillage automatique
  • Alertes antivols : Alarme et contact des autorités
  • Mise à jour automatique du système
  • 3 modes de conduite programmables (Fly Fast, Fly Dry et Fly Eco)

La technologie au service de la sécurité de l’Angell Bike

Si l’équipe de Marc et de Jules a passé 70% des 3 ans qu’à duré ce projet sur la technologie ce n’est pas pour rien. L’écosystème d’applications divers est fait pour afficher les informations et pour les mettre à profit. L’exemple de l’indice de pollution est excellent car non mécontent de représenter la vision de son créateur, il vous permet d’effectuer des trajets sans pépins et de prendre soin de vous comme de l’environnement.

Cependant, la même energie a été fournie dans le volet « sécurité ». Il est amusant de dire cela car c’est justement grace à son « intelligence » que le vélo parvient à un tel niveau de sécurité. Connexion et connectivité ont été des mots d’ordres sacrés chez les fabricants de l’Angell Bike. Les applications de ce volet font partie, comme vous l’avez vu, de la dizaine proposée par ce vélo à assistance électrique. Pour Jules Trecco et ses compères, il s’agit d’assurer votre sécurité quand vous êtes sur le vélo et quand vous ne l’êtes pas. Le deuxième cas est celui qui nous intéresse désormais. En effet, lorsque vous « garez » votre vélo, vous ne voudriez pas que quelque chose de fâcheux arrive et pour cela vous disposez donc de deux options : déclencher une alarme stridente ou prévenir la police directement via l’application du fabricant. La géolocalisation entre en jeu et vous verrez que ce n’est pas la seule fois.

D’autres atouts sécurité

Au cas où vous auriez un malencontreux accident il existe l’alerte chute. Si vous tombez du vélo, que vous êtes seul(e) et que vous ne confirmez pas que vous êtes en sécurité au bout d’un certain temps, Angell Bike prévient automatiquement votre contact de secours. Une sécurité accrue en plus des nombreuses applications.

Il n’est pas question pour l’équipe derrière l’Angell Bike de vous distraire à l’excès avec toutes ces options et ces fonctionnalités. Mais c’est justement une de ces options qui va vous éviter le danger ! Il s’agit de petites vibrations indiquant au cycliste de manière intelligente s’il doit tourner à droite ou à gauche. Pas besoin de jeter sans cesse des coups d’œil au GPS.

Les avancées technologiques se succèdent chez ce modèle. Une seule option peut avoir plusieurs avantages. On parlait de GPS à l’instant. Sachez que vous pouvez mémoriser vos itinéraires pour établir une certaine routine avec votre Angell Bike.

Angell Bike : Une vélo et une cause noble

Avec tout ce qu’il a à offrir et la vision de son créateur, l’Angell Bike constitue une réelle amélioration pour les cyclistes avisés et les autres. Il a suscité l’intérêt des médias et de tout le monde.

Comme vous l’avez vu, il ne se contente même pas d’être un vélo électrique épuré et intelligent. Il illustre un projet beaucoup plus global : celui de changer notre quotidien et même le futur ! Marc Simoncini est en effet cet esprit en quête d’un avenir sans pollution. Dans des villes ou tout est motorisé le problème est que les moteurs se trouvent dans le mauvais endroit. Les voitures, en plus d’être encombrantes polluent beaucoup et cela engendre des maladies conduisant parfois à la mort. Même les plus grands noms s’y sont mis : Général Motors, Peugeot ainsi que Ford qui prévoit de mettre au point un système de location de vélos électriques. C’est précisément là que ça devient crucial avec des mastodontes dans les transports et les livraisons comme Uber et Lyft. Des collaborations donneront des résultats surprenants.

Tout à l’heure nous vous disions que ce vélo électrique n’est pas fait pour une élite ou une minorité mais compte bien conquérir les pistes cyclables, les garages à vélo et les routes de demain. Donc il est prévu une commercialisation en masse de ce produit. A ne citer que l’exemple des entreprises qui pourraient faire l’acquisition d’une centaine de ces vélos afin de faciliter la vie à leurs employés et par la même occasion leur apporter plus d’épanouissement. Un investissement humain et économique.

Angell Bike
Angell Bike