Le moteur pédalier

Les vélos à assistance électrique, ou VAE, ont révolutionné de manière atypique le domaine du transport. De par leur principe de fonctionnement, ils offrent aux différents utilisateurs une conduite plus confortable et plus pratique. D’autant plus qu’ils se parent du même design qu’une bicyclette classique mais offrent une vitesse largement supérieure sans ménager trop d’efforts. Mis au point vers la moitié du XXe siècle, ils ont commencé à faire l’objet d’un véritable engouement vers le début du XXIe siècle, en 2005. La vente n’a fait qu’augmenter au fil des années si bien qu’en 2018, près de 350.000 modèles ont été vendus en France. Aujourd’hui encore, ces vélos écologiques et économiques se parent de plus en plus de fonctionnalités pour venir détrôner complètement les modèles classiques.

Les VAE, quel que soit le modèle, intègrent différents éléments pour fonctionner. Mais au cœur de leur système se trouve la batterie et le moteur. Ce sont ces deux dispositifs qui « propulsent » le vélo et qui garantissent sa puissance. En ce qui concerne spécifiquement la motorisation, les vélos électriques à moteur pédalier ont le vent en poupe. Pourquoi ? Parce qu’ils sont plus stable, fiables et puissants. Envie d’en savoir plus ? Toutes les informations sont dans cet article.

Le moteur du vélo électrique

Le moteur du vélo électrique moteur pédalierDans le choix d’un VAE, bon nombre de personnes ont tendance à se concentrer uniquement sur la batterie. Certes, cet élément est indispensable quand on veut assurer la puissance et l’autonomie du vélo. Néanmoins, il faut savoir que sans le moteur, le VAE ne risquera pas de fonctionner. Voilà la raison pour laquelle cet élément est considéré comme étant le cœur même de ces engins révolutionnaires. A cet effet, sachez que le moteur des VAE peut être monté dans les roues ou dans le pédalier. Le moyeu moteur peut tout aussi bien être installé tant dans la roue avant que dans la roue arrière.

Les modèles intégrés sur la roue arrière ont tendance à procurer une sensation de propulsion intuitive et naturelle. Seulement, le moteur sera difficile d’installation et mis à part cela, lors d’une crevaison, la réparation du pneu sera plus complexe en raison des câbles liés au moteur et aux capteurs. En revanche lorsque le moteur est intégré à la roue avant, en cas de panne, il reste facile à démonter et à réparer. Les VAE avec ce type de motorisation sont réputés pour être plus pratique. Ils se relancent aisément même après un « cédez passage » ou un stop. Le bémol, c’est qu’ils tendent à perdre en performances face à une montée supérieure à 8%.

En ce qui concerne les moteurs pédaliers, ils font preuve de plus de performance. Leur principe de fonctionnement repose des capteurs qui procurent une assistance progressive selon l’effort fourni par le cycliste. Comparés aux moteurs roues, les moteurs pédaliers connaissent plus de succès même s’ils ont été mis au point il y a peu de temps. D’ailleurs les marques sont de plus en plus nombreuses à en proposer à l’exemple de Bosch, Parasonic, Yamaha, Brose, Bafang ou encore tranz’X. S’adaptant à toute géométrie, ils peuvent être intégrés à tous les designs de VAE.

Le principe de fonctionnement du vélo électrique à moteur pédalier

Les VAE avec un moteur pédalier ont l’avantage d’offrir une assistance plus élaborée. Comme son nom l’indique, un moteur pédalier ou moteur central se situe au niveau de la pédale du vélo. Cela étant, le poids de celui-ci est aligné avec le centre gravitationnel du vélo en question et offre une meilleure stabilité. Cette caractéristique assure également plus de maniabilité au VAE contrairement aux modèles équipés d’un moteur sur la roue avant ou arrière.

Le moteur central offre par la même occasion, une assistance progressive avec un rendement plus amélioré. Sa proximité de transmission, comparé aux modèles roues, est plus précise et assure ainsi une meilleure répartition des masses. Cette transmission est assurée par différents capteurs dont le capteur de couple, le capteur de vitesse et le capteur de cadence. Les informations ainsi recueillies vont arriver au contrôleur, le cerveau du vélo, puis seront analysées. Une fois l’analyse établie, le contrôleur va se charger d’ordonner au moteur de fournir plus de puissance ou moins, en fonction de vos besoins. Cela étant, il est adapté tant pour un usage en montagne que pour un usage urbain.

En résumé, le principe de fonctionnement de moteur pédalier est simple. Plus vous appuyez fort sur les pédales, plus le système détectera ce que vous sollicitez et le moteur exercera plus de puissance. Dans le cas contraire, si vous appuyez légèrement sur les pédales, le moteur se limitera à juste envoyer un léger filet d’assistance. Il est tout aussi important de savoir que le moteur et la batterie pour ce type de motorisation, vont délivrer une assistance mesurée. De cette façon, la batterie ne risquera pas de se décharger sans raison apparente. Somme toute, lorsque le moteur affiche un même ampérage que la batterie, le VAE dispose d’une autonomie plus intéressante grâce à la motorisation qui rationnalise intelligemment l’énergie qui est consommée.

Pourquoi et quand privilégier un VAE à moteur pédalier ?

Pourquoi et quand privilégier un VAE à moteur pédalier ?

Il y a mille et une raisons de privilégier un vélo à moteur pédalier. Mis à part sa stabilité et sa proximité de transmission, il peut également être équipé de plusieurs dispositifs qui améliorent l’expérience de conduite. Vous trouverez par exemple l’aide à la marche arrière. Certains modèles disposent également d’un dispositif de passage automatique en vitesse inférieure ou aussi d’un dispositif de rétropédalage. Cela étant, le système de freinage est plus sécurisé. Sur un VAE avec un moteur pédalier, les données recueillies par les différents capteurs vont actionner l’axe central. Ces données sont : la vitesse du vélo, le mode d’assistance sélectionné, la force exercée par le cycliste et la vitesse de rotation. Côté confort, les moteurs pédaliers au niveau de l’intensité sonore, sont plus discrets et se montrent ainsi plus agréables à conduire. D’autant plus qu’ils sont plus pratiques si vous devez changer vos roues en cas de crevaison.

Pour ce qui est de l’entretien, les vélos électriques à moteur pédalier sont faciles à entretenir et à nettoyer. Le moteur étant situé dans les pédales est également mieux protégé que ce soit du choc ou des intempéries. Il en résulte ainsi des sensations plus proches que celles d’un vélo classique mais avec une assistance plus pratique et plus confortable. L’utilisation de ce type de motorisation ne reste pas quand même sans inconvénients. Dans un premier temps, un vélo avec un moteur pédalier se vend à plus 1300 euros. Les modèles pliables sont les plus coûteux de par leur encombrement minime. En cas de dysfonctionnement du moteur, il n’est pas non plus possible de conserver le pédalier d’origine.

Enfin, il faut aussi savoir que son montage est plus complexe et nécessite l’usage d’outil spécifique à cause du dérailleur et des câbles qui doivent être raccordés avec minutie. Par ailleurs, avec ce type de moteur, sachez que vous ne pourrez conserver qu’un seul plateau. Néanmoins, il reste un excellent choix pour une conduite agréable quel que soit le type de terrain.