Types d’assistances des VAE

De nos jours, on retrouve différents types de moyens de locomotion. Ils ont tous aussi différents les uns que les autres avec des avantages qui leur sont propres. Si les voitures sont les plus appréciées, d’autres préfèrent se déplacer en moto ou en bicyclette. Quoi qu’il en soit, la plupart des utilisateurs recherchent certainement le moyen le plus pratique de se déplacer. Pourtant, un véhicule pratique n’est pas toujours la solution la plus économique. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de personnes décident d’opter pour les vélos à assistance électrique pour leur mobilité.

Au même titre que les vélos traditionnels, il existe actuellement plusieurs sortes de vélos à assistances électriques. En effet, mis à part la géométrie, le système de motorisation et les matériaux de construction, les pièces diffèrent suivant les contraintes d’usage. Selon que l’utilisateur roule souvent en ville, ou souhaite acquérir un vélo tout terrain, le modèle de VAE qui lui est destiné est différent. C’est pour cela, qu’il est essentiel, lors de l’achat d’un VAE, de décrire son usage, ses attentes et ses contraintes. De la même manière, l’essai est très important pour estimer le niveau de confort du vélo. Autant d’éléments doivent donc être pris en compte avant de choisir. Faisant partie des paramètres les plus cruciaux, il faut se renseigner au maximum sur les types d’assistances des VAE. L’objectif est de trouver le système répondant au mieux à ses pratiques.

Le fonctionnement d’un VAE

Un VAE est un vélo. Dynamique, l’utilisateur est le moteur principal. L’assistance ne fait que soutenir son activité. Le fonctionnement d’un vélo électrique dépend de plusieurs éléments. Bien évidemment, les types d’assistances des VAE occupent un rôle crucial, mais ce n’est pas le seul élément faisant fonctionner un tel engin. Il en existe encore d’autres.
Pour rouler avec un VAE, le cycliste doit inévitablement pédaler. L’assistance ne s’active qu’après quelques coups de pédalage. C’est pour cette raison que dans son usage, un vélo électrique se diffère légèrement les vélos classiques. L’utilisateur sera toujours un cycliste, avec ou sans l’assistance.

Mais il y a quelques différences que tout futur propriétaire d’un vélo électrique doit comprendre. La première distinction concerne l’effort et la pression de pédalage. Quand vous devez monter une pente, vous n’êtes pas obligé d’exercer une forte pression sur les pédales. Les capteurs fixés sur le pédalier se chargent de transmettre l’information à un capteur électronique activant le moteur. Autrement dit, vous n’allez même pas constater le relief et les pentes de votre trajet. Mais cela ne veut pas dire que le vélo électrique vous désapproprie d’éventuels efforts. C’est tout à fait le contraire. Quand vous avez envie de changer de vitesse, vous devez davantage pédaler. Du coup, on vient à la limite des types d’assistances des VAE.

Quand vous appuyez sur les freins ou quand vous stoppez le pédalage, le moteur s’arrête de façon instantanée. C’est le principe de base de l’assistance. Le moteur soutient vos coups de pédalage, mais il ne permet pas de les remplacer. Pour réactiver l’assistance, vous devez pédaler à nouveau. Et dans la règle générale, elle s’arrête automatiquement quand vous atteignez les 25km/h, correspondant à la limite de vitesse autorisée. À savoir que depuis un certain temps, il existe des vélos électriques qui atteignent les 45 km/h. Pourtant, ils sont soumis à d’autres normes comme le port d’un casque, l’immatriculation et la défense de rouler sur les chemins cyclables.

Les différents types d’assistances des VAE

Les différents types d’assistances des VAE

Comme vous le savez déjà, un vélo électrique est un véhicule à deux roues qui demande peu d’effort de pédalage. Plusieurs constructeurs se lancent désormais dans la construction et la commercialisation de ce dispositif de mobilité. On peut donc retrouver différents modèles de vélo électrique. Aussi, les types d’assistances VAE peuvent être différents d’un constructeur à un autre. Nous vous faisons découvrir ci-après les deux types d’assistances que vous retrouverez le plus souvent dans les VAE existants sur le marché.

L’assistance électrique directe

L’assistance électrique directe est une assistance qui résulte d’un retransmetteur de pédalage magnétique. Ce capteur a pour fonction d’activer une assistance régulière, pendant que les aimants installés au pédalier franchissent devant le retransmetteur du cadre.
Le déclenchement de ce type d’assistance intervient activement après quelques pédalages. À savoir que la rapidité de pédalage impacte légèrement la puissance dégagée par le moteur. Pourtant, la force entraînée sur les pédales ne modifie pas l’efficacité du moteur. Le plus grand avantage de cette assistance directe c’est qu’elle est confortable. Elle est aussi très régulière, mais peu réactive.

L’assistance électrique proportionnelle

L’assistance électrique proportionnelle est un type d’assistance qui se découle d’un retransmetteur de coupe. Celui-ci a pour action de provoquer l’activation de l’assistance avec un simple coup de pédale. Une petite pression suffit donc amplement à le déclencher.
L’activation de cette assistance se fait de manière instantanée. Le niveau de pression exercé sur la pédale servira donc à varier l’intensité de soutien à tout instant. Ce qui fournit un contrôle continu et total du rendement moteur. Il permet également de surveiller les modes d’assistance proposés par certains VAE et de présélectionner l’intensité maximale que le moteur pourra délivrer.

Cette assistance, dite progressive, a l’avantage d’être très réactive. Elle permet de s’adapter à tout moment aux différentes contraintes en cours. Par ailleurs, elle est employée sur pratiquement la totalité des vélos tout terrain électrique. Ce qui en fait des VAE révolutionnaires, en comparaison de l’assistance directe.

Les autres composants d’un VAE

Les autres composants d’un VAE Outre les différents types d’assistances des VAE, le fonctionnement de ces engins dépendant également d’autres éléments. Aussi, ils ne se composent pas uniquement d’un guidon, d’un cadre de pédales ou de roues. Pour pouvoir rouler, d’autres composants électroniques y sont intégrés. Ils se chargent de transmettre de l’énergie et des informations. De quoi s’agissent-ils et comment se mettent-ils en marche ?

La batterie

La batterie est le premier composant lié au moteur à l’aide d’un assemblage particulier. Ce dernier est essentiel au VAE, parce qu’il conduit la puissance indispensable à l’assistance. Pour les VAE bas de gamme, l’assemblage se situe sur la partie externe du cadre, le rendant désarmé aux éventuelles attaques étrangères. Mais sur les véhicules haut de gamme, il s’installe à l’intérieur du cadre et est bien protégé. Ce critère souligne la qualité d’un vélo électrique et détermine partiellement le prix plus élevé des modèles de qualité.

Le visuel ou l’écran de contrôle

Inversement à certaines idées reçues, l’écran de contrôle est loin d’être une pièce maîtresse de l’engin. Il se charge uniquement de présenter les données expédiées par l’intelligence du véhicule. Cette intelligence se situe au niveau du moteur ou de la batterie. Cependant, lorsque l’écran est détachable, il pourrait devenir un composant clé permettant de démarrer le VAE quand on l’introduit dans son emplacement. Si c’est le cas, l’assistance ne pourra être activée sans l’écran.

Le système de motorisation

Il a pour fonction d’activer certaines fonctionnalités du vélo électrique. Il se trouve, dans la plupart des cas, sur le côté gauche du visuel. Remplissant une mission cruciale, la commande de la motorisation doit être résistante.

Le capteur de vitesse

Il se situe généralement sur la roue arrière du VAE. Il se charge de déterminer la rapidité à laquelle le vélo se déplace, une information devant être expédiée à l’assistance. Ce capteur est d’une grande utilité, parce que sans lui, les différents types d’assistances des VAE ne pourront pas se mettre en marche.